La semaine de la médiation – Médiations Plurielles

Médiations Plurielles propose un webinaire

La médiation s’invite dans divers domaines : Récits de médiateurs formés au CNAM

Des personnes, des groupes ou des organisations arrivent en opposition radicale :
qu’est-ce qui les fait évoluer et même arriver à un accord ?
 
Six médiateurs, membres de l’association Médiations Plurielles (anciens auditeurs formés à la médiation au CNAM)
racontent l’essentiel de leur manière de faire à travers des récits de médiations réelles, dans des contextes variés.
Ils vous font découvrir les dessous de médiations qui les ont marqués :
une mauvaise réputation,
un chien qui sème la zizanie,
un enterrement impossible à organiser,
un conflit entre services,
un autre au travail pendant le COVID, etc.

 

Chaque récit donne lieu à un bref débat avec vous et : 

  • Jacques Salzer, co-créateur de la formation aux « Pratiques de la médiation » au CNAM en 1999. Universitaire, auteur et médiateur. 
  • Catherine Garreta, médiatrice et intervenante dans la formation à la médiation au CNAM.
  • Natacha Waksman, médiatrice et formatrice.

     

Retrouvez les vidéos en détail sur notre chaine

48 réflexions sur « La semaine de la médiation – Médiations Plurielles »

  1. Cadier Nathalie
    Question à Marie Delmont : du fait qu’il y avait deux services et donc plusieurs personnes, comment étaient organisées les rencontres, la prise de parole pour chaque service.

  2. aude
    comment faire pour que les entreprises fassent davantage appel à la médiation avant d’en arriver à des situations de rupture?

  3. Natacha Waksman
    Bien sûr Marie, tu peux nous dire par écrit comment tu as fait dans le cas précis que tu as décrit (sur comment étaient organisées les rencontres)

  4. Delmont Marie
    Concernant les résultats de la médiation, ils ne se partagent pas par principe. Les participants se mettent d’accord à travers le protocole. C’est également aux participants de se mettre d’accord sur les personnes à qui communiquer les engagements réciproques.

  5. NEDJAR
    Je fais un mémoire au DU de Lyon
    Mon sujet est la médiation à distance, une nouvelle forme de médiation, pour ou contre?

  6. Delmont Marie
    Les premiers résultats « visibles » de la médiation sont la détente sur les visages des participants. C’est souvent le mandant, c’est à dire le commanditaire qui fait un retour au médiateur quelques mois plus tard

  7. AARABI Mohamed
    Question à Marie : Le groupe était constitué de combien de participants ? Avez-vous mené cette médiation seule ou accompagnée d’un co-médiateur ?

  8. PRONO Didier
    merci Marie,
    combien de temps durait les réunions ?
    il y a t il eu un suivi de bonne mis en place du processus issu du protocole de médiation ?

  9. Delmont Marie
    Sur le périmètre de la médiation, c’est toujours une question importante. Avant d’entamer la médiation à proprement parler, nous entendons les personnes individuellement et vérifions qui devrait participer à la médiation, selon chacun, et si les personnes sont elles-mêmes d’accord pour y participer.

  10. Delmont Marie
    Les entretiens individuels durent maximum 15 à 20 minutes. Les médiations sont des processus courts : 1 à 1,5 jour en tout (entretiens individuels et réunions plénières)

  11. LEFEBVRE Geneviève
    C’est tout le problème de l’évaluation et des enquêtes qui n’existent pas, hélas ! Il nous manque une méthodologie

  12. Bennai Sahra

    Comment, dans cette période pandémie, avez-vous géré vos médiations à distance ? Quels outils avez-vous utilisé ?

    Bennai Sahra
    Gestionnaire de dossiers de médiation chez Justicity

  13. Savey Anne
    Est-ce que vous avez des retours pour savoir si les solutions trouvées par les parties grâce à la médiation tiennent ensuite dans le temps long ? lorsqu’un nouveau problème émerge entre les mêmes acteurs ou d’autres collègues ?

  14. Delmont Marie
    C’est important de refuser de faire une médiation quand certaines conditions ne sont pas réunies : notamment il est très important de vérifier si plusieurs actions ont déjà été engagées avant de proposer une médiation. La médiation doit toujours venir dans un second temps pour qu’elle ait une chance de réussite

  15. Delmont Marie
    Pour que le « même problème » ne ressurgisse pas, il appartient au médiateur de gratter là où ça fait mal et tant qu’il sent qu’il y a des points à discuter. Il ne faut pas qu’il reste de poussière sous le tapis. C’est cela qui garantira que les mêmes causes génèrent les mêmes problèmes

  16. ROBIN YVANE
    …par contre pour les médiations administratives, la vidéo c’est moins facile à mettre en place car en période de confinement les agents ne venaient pas toujours dans les locaux

  17. Delmont Marie

    je ne propose pas de suivi systématique de médiation. Les participants se sentent responsabilisés par ce processus. Je vois si c’est une de leurs demandes ou pas. Le suivi doit se faire par le « mandant » = commanditaire

  18. Natacha Waksman

    Pour les conflits entre enfants, pourquoi pas envisager une médiation familiale. Ou si c’est dans un cadre scolaire, mettre en place un dispositif de médiation par les pairs.

  19. Laurence Brisac
    Est-ce que vous pourrez … maintenant ou plus tard
    Nous transmettre les noms des intervenantes (hors Vincent, Jacques et Catherine) car j’entends bien ce qui est dit mais pas les noms propres et noms des assos ou entreprise.
    Merci – et bravo pour le webinaire

  20. CORDELLE Maïté
    Concernant le suivi, j’ai une autre position : je prévois toujours un temps de suivi quelques mois après, pour les médiations dans le domaine du travail. Ce moment de suivi permet de faire le point, et souvent juste de reprendre le temps de se parler à nouveau dans un cadre de dialogue « contenant ». Je trouve que cela aide à consolider les choses, car la médiation est souvent ponctuelle et donc non suffisante pour changer des habitudes.

  21. Natacha Waksman
    Bien sûr Laurence, et toutes les vidéos seront de nouveau visionnables sur Youtube :
    Catherine Picq-Ricard, Marie Delmont, Maïté Cordelle, Didier Tzwangue, Nathalie Cadier, Hélène Amouriaux et Anne Robin pour Cité et Médiation, et enfin Isabelle Serre.

  22. Laurence Brisac
    Sur le suivi – c’est bien sûr à ajuster à chaque situation, mais je serais plutôt sur la position de ne pas assurer le service après médiation… même si ça me frustre de ne pas avoir de nouvelle.

  23. Delmont Marie

    Le refus d’entrer en médiation se gère lors des entretiens individuels. Il y a un questionnement précis : si la médiation n’avait pas lieu, il se passerait quoi? et autre point : si vous n’y participez pas, qui pourrait vous représenter et porter votre voix?
    Si les réponses à ces questions amènent toujours à un refus et si la personne est « clé » dans cette médiation, c’est au médiateur d’en tirer les conséquences : les conditions ne sont pas réunies pour organiser la médiation. Cela fait déjà bouger les lignes quand on annonce ce genre de décision que l’on assume

  24. Delphine Grandrieux
    Pour reprendre le point de Jacques Salzer sur le besoin de diffuser des témoignages auprès des entreprises/prescripteurs, pourquoi ne pas relayer ces vidéos sur les réseaux sociaux ?

  25. Quoirez
    dans l entreprise qui reçoit copie de l accord de médiation ? tous les médiés composant le service entré en médiation ?la hierarchie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *